Artworks

« D’origine roumaine, Andreea Talpeanu sculpte le réel. Tisser sa toile sur des squelettes de chaises, créer un totem à partir de l’agglomération de chaussures de femmes, faire prendre forme à des humanoïdes déglutissant des publicités: le monde entier est un prétexte à réinterprétation /réappropriation. Incorporer, digérer et produire une forme nouvelle issue d’un choc émotionnel: voilà qui pourrait être le motto d’Andreea Talpeanu. » Clare Mary Puyfoulhoux, Boum Bang

What Andreea Talpeanu does, she does it with her fingers, with fabric, and with talent but she also does it with her brain and heart. Her productions are an aesthetic reaction to the things that disturb her: half-broken chairs left to die in the streets, abandoned pieces of clothing that can still shine, neglected lands people transit through without even noticing the way their modern life ruins them. Untamable, the emotions at the core of her gesture found a way of transforming themselves into something aesthetical through the constant, uncompromising and meticulous work she produces.

_____________________Hyper-modern nudes_____________________

Andreea Talpeanu-Miriapode (a)

Nude of a myriapod, 2013

Rassembler des objets obsolètes, résidus hyper modernes du monde actuel. Faire émerger une forme par le geste de la couture. Pratiquer une chirurgie plastique plus qu’esthétique. C’est qu’il s’agit de donner naissance à des corps méta-humains qui sont amenés à vivre. Du blanc uniforme aux couleurs les plus bariolées, les corps des nus sont disproportionnés, ils ont les nerfs à vif, tissés à même la peau

Junk, waste, garbage, all the hyper-modern leftovers of our world: these are the precious organs that are woven together. The uncanny bodies that are thus created will live and change, sensitive to the passing of time.

Andreea Talpeanu-L'hippocampe (a)

Nude of a seahorse, 2011-2014

Andreea Talpeanu-Alexandre (a)

Alexander’s nude, 2012

Il descendait dans les ténèbres, dans l’odeur aigre de la transpiration d’autres malheureux comme lui. Alexandre est une petite branche de peuplier, la trace des ses pas, le fil de son histoire.

He descended into the darkness, into the sour smell of perspiration from other unfortunates like him. Alexander is a small poplar branch, the trace of his steps, the thread of his story.

_____________________Junkspace_____________________

Andreea Talpeanu-Le détecteur de Junkspace (a)

The detector of Junkspace, 2010

«Junkspace, c’est ce qui reste quand la modernisation est à bout de course, ou, plutôt ce qui se coagule au fur et à mesure qu’elle se fait. » Rem Koolhaas, Junk Space, Octobre 115, pp. 721. Le geste: rassembler des objets obsolètes et disparates, les accumuler pour créer des sculptures informelles. Le sens: une dénonciation poétique qui a pour vocation de décrire le monde actuel avec les restes du monde actuel.

My flat is a dump. My kitchen and my room and my office: an accumulation of junk. Building sculptures out of broken artifacts of modernity is just another way of turning modernity’s leftovers into a poetical statement.

Andreea Talpeanu-Domptée (e)

Tamed, 2013

Andreea Talpeanu-La grappe (a)

The cluster, 2013

_____________________Musicals chairs_____________________

Andreea Talpeanu-Chaise musicale N°1 (a)

Musical chair N°1, 2008-2011

Quand un homme rentre du travail, son premier geste, après avoir claqué la porte et déposé ses clefs, est celui de l’affalement.S’asseoir dans une chaise. S’effondrer dans un canapé. Sombrer dans les loisirs télévisuels. L’acte du tissage est une protestation. Ne vous asseyez pas là.

The TV is on. The chair is rocking, squeaking, laughing, crying. The human body is soft and moist and heavy. Like a wobbly chunk of jelly.The time is still, the air like a cloud of dust or ashes. The spider weaves bright threads that say please, stand. The artist wants to live.

Andreea Talpeanu-Chaise musicale N°2 (a)

Musical chair N°2, 2010

Andreea Talpeanu-Chaise musicale N°6 (a)

Musical chair N°6, 2015

 

Publicités